Le « nouveau retail » : qu’est-ce que c’est ? Et quelles sont les implications pour le marketing ?

  1. Accueil
  2. Marketing
  3. Le « nouveau retail » : qu’est-ce que c’est ? Et quelles sont les implications pour le marketing ?

Alibaba est la plus grande entreprise de commerce en ligne en Chine. Ils détiennent environ 80% du marché en ligne Chinois. Alibaba a des espaces de commerce en C2C et B2C. Ils continuent de se réinventer et ils ont récemment introduit un nouveau concept, Freshippo. Ils se considérent comme l’instigateur du concept (avant Hema) du ‘nouveau retail’.

Mais qu’est ce que ‘le nouveau retail’ ?

Le nouveau retail permet de réunir à la fois les canaux hors- et en ligne. C’est le come-back du magasin physique avec des éléments du retail en ligne. Ils souhaitent cependant pousser le concept encore plus loin. Freshippo veut convertir le shopping en une vraie expérience. Dans ces magasins, on peut acheter de la nourriture en ayant au préalable consulté toutes les infos relatives à ce produit. Celles-ci peuvent être consultées via une application. Tu peux y retrouver les détails, caractéristiques et même des révisions.

Le magasin fonctionne aussi comme un centre de distribution. Dans le supermarché, il y a plusieurs employés qui sont occupés à remplir les sacs. Cela en fait des commandes effectuées en ligne. Quand ils ont réuni tous les produits, les sacs sont envoyés sur une courroie automatique qui les transporte à travers le magasin, prêts pour être livrés. Freshippo promet de livrer dans les 30 minutes, à condition que vous viviez à moins de 3kms d’un magasin. Apparemment, cette promesse récolte un franc succès auprès des chinois. En effet, la proximité d’un magasin Freshippo commence à être un des facteurs déterminant dans une décision d’achat de bien immobilier. Frappant, n’est-ce pas ? Ce distributeur devient vraiment de plus en plus puissant et incontournable.

Dans le Freshippo de Shanghai, on peut retrouver un restaurant avec le nom Robo.he avec la mention « what else ? » – ils sont des robots serveurs. Multiples QR codes, logiciels ou encore tablettes tactiles (pas forcément utile d’ailleurs) y sont présents. Un autre point d’attraction pour les chinois est le buffet frais rempli de fruits de mer et de poisson, qui peut même être cuisiné sur place. Il est aussi possible de commander des plats préparés et de les livrer chez soi. Quel service !

Tous les paiements sont réalisés avec l’application Alipay qui est intégrée à celle de Freshippo. On peut aussi réaliser ses paiements par reconnaissance faciale. Bien sûr, tous vos achats, recherches sur l’application ou encore intérêts sont suivis et traqués. Néanmoins, le client chinois apparaît satisfait par l’arrivée de ce ‘nouveau retail’. Pour eux, les inconvénients restent bien inférieurs aux avantages reçus.

Regardez une émission faite par CNBC.

Alibaba employee          alibaba fish buffet         robot.he restaurant

 

Comment les Belges vont-ils réagir à cela ? Sommes-nous prêts pour le concept de « nouveau retail » ?

Permettez-moi de vous dire que je trouve très improbable d’imaginer que les clients Belges acceptent de communiquer leurs informations personnelles et bancaires à une entreprise.  En revanche, il est possible qu’ils souhaitent voir leur expérience être améliorée. On veut être surpris, divertis et chéris par les entreprises et les marques. Et alors on peut être capable de communiquer ses données personnelles et bancaires, mais que dans ce cas-ci. Les Belges n’auront aucun problème à s’adapter au « nouveau retail », mais il faudra simplement être patient.

Un autre exemple du même type : Ikea. Ce distributeur s’est vite intégré dans notre culture. C’est presque un concept identique : considérer à la fois le consommateur et l’acheteur. Les deux participent à l’achat au travers d’une seule et même personne. Et bien sûr, comme pour Freshippo, on se concentre sur l’offre d’expériences. Ce concept-ci génère des opportunités additionnelles de ventes, parce qu’il est toujours possible d’être par exemple accompagné de son enfant et d’en profiter pour acheter quelque chose à manger. Cela entraîne des achats supplémentaires parce que les enfants souhaitent, voire même supplient, pour ces achats. Bien joué, Ikea.

Nos hypermarchés peuvent apprendre et bénéficier de ces connaissances. Aujourd’hui ils occupent tellement d’espace, et ce uniquement pour vendre des produits. Ce modèle actuel va devenir démodé et les magasins vont être obligés de chercher d’autres expériences pour attirer la clientèle. Ils peuvent ainsi donner une toute autre orientation à ces endroits. Je suis curieux de voir comment les choses évolueront.

Un autre grand distributeur est déjà en train de redéfinir ses magasins : Carrefour avec Zemst & Mons. Ils ont élevé le digital à un niveau supérieur. En effet, ils ont introduit des panneaux digitaux dans le rayon du vin, des DVD’s ou encore des cartouches d’encre. Ils ont aussi, pour la première fois, installé un miroir digital. Ils ont également intégré une pizzeria, un chocolatier et un torréfacteur dans leur concept d’hypermarché. Carrefour fait bien attention aux tendances et favorise les expériences.

 

Carrefour Zemst                       Carrefour Zemst                   carrefour zemst wine

 

Néanmoins, on pense toujours qu’il faut aller plus loin, mais pensons de façon plus disruptive et audacieuse, s’il vous plait. Pourquoi ne pas exploiter l’endroit où les machines à laver sont exposées par exemple ? Pourquoi ne pas laisser les gens faire leur lessive? Les clients vont être surpris, ravis et ils vont avoir l’opportunité de vraiment expérimenter le produit. Ainsi, ils passeront plus de temps dans le magasin. Créer des liens étroits avec ses clients en prenant soin d’eux et en leur proposant une boisson ou trouvez quelqu’un pour porter leurs courses… Je pense simplement à voix haute mais pourquoi pas ?

 

Un changement dans le marketing est sur le point de se produire

Il y aura des grandes conséquences pour le marketing en général. Avant, on parlait de shopper et consumer marketing – les deux étaient deux choses complètement différentes. En effet, le premier avait pour but d’inciter les shoppers à acheter plus et le deuxième, que les consommateurs consomment plus. Aujourd’hui les deux se confondent.

Le retail s’adapte, le marketing doit aussi le faire. Mais aussi les entreprises et les gens qui appartiennent au département marketing. Il n’est plus suffisant d’avoir une seule grande spécialisation. Tous les composants convergent rapidement et même les responsabilités dans les départements marketing se transforment à une vitesse folle. Par exemple, si on regarde les descriptions de poste d’un Brand et d’un Category manager, les deux se rapprochent de plus en plus. On doit élargir ses compétences ou au moins se tenir informé.

La manière de faire face à ces défis est de travailler avec des personnes qui ont des expériences à différentes positions. Il faut apprendre de celles-ci. Avant d’envoyer quoi que ce soit, on doit toujours faire attention si cela sera pertinent à la fois pour le shopper et le consommateur. Comme la différence entre les deux est de moins en moins évidente.

Vous sentez que votre entreprise aura besoin d’assistance dans le futur ? Vous sentez la nécessité de travailler avec des gens qui ont de l’expériences dans plusieurs positions ? Les gens qui peuvent vous aider à conquérir ou à anticiper des changements dans le futur ? BrainTower peut vous aider. On peut compter sur plus que 200 consultants avec des profils variés et plusieurs entre eux ont plus de 10 ans d’expérience à différentes positions et dans différentes entreprises.

 


Source: www.forbes.com 

Ecrit par Peggy Storme – Junior Consultant BrainTower

Menu